Small nick 01

Jérôme BENBIHI

5 choses à savoir cette semaine 27.11.2017

 

5chosesAdenis

1. Une équipe de chercheurs a mis au point une intelligence artificielle capable de détecter les contrefaçons d’œuvres artistiques en analysant un seul coup de pinceau sur une peinture. En art, reconnaître les contrefaçons demande actuellement les connaissances des experts, et des tests complexes et coûteux : spectroscopie infra-rouge, datation radiométrique, chromatographie gazeuse…Mais avec l’IA on pourrait faire accélérer et simplifier le processus. Des chercheurs de l’université de Rutgers et de l’Atelier de restauration et de recherche sur la peinture (Pays-Bas) ont développé une intelligence artificielle capable d’identifier les faux dans une série de peinture, en analysant seulement un coup de pinceau. Pour s’entrainer, l’IA a examiné les 80 000 coups de pinceaux d’environ 300 œuvres d'artistes célèbres comme Picasso ou Matisse. Chaque peintre a sa patte et sa façon d’appuyer ou de ne pas appuyer le pinceau. Le système a donc enregistré 80 000 traits individuels et différents définissant les caractéristiques de ces artistes, en formant un réseau neuronal récurrent (RNN). Ensuite, les scientifiques ont construit un algorithme qui repère et analyse les traits et coups de pinceaux. Puis, ils ont commissionné des artistes pour créer des œuvres dans le même style. Enfin, une série d’œuvres authentiques et de faux a été soumis à l’IA, qui a été capable de reconnaitre tous les contrefaçons, juste en analysant un simple coup de pinceau. Pour l’instant l’IA est uniquement capable de reconnaître un artiste si ses traits sont précis. Dans le cas où les coups de pinceau sont rendus invisibles, la machine a encore des progrès à faire. 

2. Les jeux vidéo vont-ils remplacer les médicaments ? Stimulant en même temps la vue, l’ouïe, le mouvement, la mémorisation et les émotions, ils permettent de soigner tout en s’amusant.De nombreux chercheurs affirment que certains jeux vidéo peuvent aider à soigner plus efficacement des maux tels que l’anxiété, la dépression, l’incapacité de se concentrer ou de se rappeler d'une information récente ou importante. Walter Greenleaf, scientifique en chef pour Pear Therapeutics, qui conçoit des jeux en réalité virtuelle aidant à guérir certains troubles mentaux, explique que « Si le problème est lié à ces endroits où le cerveau ne veut pas aller (stress post-traumatique, peur de l'avion, etc.), une expérience virtuelle qui stimule plusieurs systèmes nerveux à la fois peut avoir des bénéfices cognitifs importants ». D’après lui, dans au moins 30 situations, une combinaison de jeu vidéo et de médicaments peut avoir un résultat beaucoup plus efficace que le médicament seul.

3. Après avoir googlé, twitté, liké, il semblerait qu’on doit s’habituer à blipper. Ambarish Mitra, PDG de l’application mobile Blippar, a pour ambition de connecter le monde entier avec son application qui supprime la barrière de la langue. Il s’agit d’une plateforme de reconnaissance d’images pour les téléphones portables. Lorsque vous positionnez votre smartphone comme si vous alliez photographier quelque chose, l’application reconnaît ce qu’elle voit : un sac, une veste, une montre, un ordinateur… et vous donnera sa marque, où le trouver dans le monde physique, où le trouver sur Internet, quel est son prix… si vous blippez un extrait d’un livre, elle vous donnera son titre, son auteur, et sa traduction dans toutes les langues, etc. Si vous blippez un plat, l’appli vous dira ce qui se trouve dans l’assiette (origine, produits comparable, sauce à utiliser, prix moyen, date de péremption…) Le fait de blipper le nom d’un journaliste, auteur d’un article, permettra d’accéder à ses articles précédents. Avec Blippar, vous pouvez recueillir des tonnes d’informations sur tout ce qui peut être photographié. L’entreprise d’Ambarish Mitra est une référence mondiale dans le domaine de la réalité augmentée.

4. Les autorités américainesalertent que deux virus informatiques venus de Corée du Nord, seraient toujours présents au sein de nombreux réseaux informatiques. Il s’agirait de cheval de Troie, baptisés Volgmer et FALLCHILL, qui permettent aux pirates de prendre à distance le contrôle complet d’un système. Le CERT américain (division spécialisée dans la cybersécurité au sein du ministère) a prévenu que le logiciel pouvait rester caché dans les réseaux infectés "dans le but d'atteindre d'autres réseaux informatiques par la suite". La présence de ces virus sur de nombreux systèmes informatiques stratégiques partout dans le monde pourrait faire craindre une nouvelle attaque de grande ampleur. D’après la Sécurité intérieure, le groupe de piratesLazarus serait derrière ces virus. Il s’agit de « Hidden Cobra », l’opération d’espionnage informatique de grande ampleur menée par la Corée du Nord depuis 2009. Des experts en cybersécurité pensent qu’ils sont aussi à l’origine du vol de plusieurs millions de dollars dans des banques à travers le monde, et même du rançongiciel WannaCry. Pour se protéger contre l’espionnage ou le vol de données, il est préférable de se méfier de ses emails et des fichiers Excel avec macros. Ainsi que de réduire l’accès des utilisateurs sur les machines sensibles, d’utiliser une liste blanche d’applications et de tenir son ordinateur et ses antivirus à jour.

5. Vigilance à l’arnaque Virus Found ! Le coup du faux antivirus qui détecte des menaces imaginaires pour convaincre l'utilisateur de donner ses informations bancaires est une pratique aussi vieille que l'Internet.Ça vous est probablement déjà arrivé de naviguer sur Internet et soudain une fenêtre pop-up apparait avec des messages différents par exemple « mise à jour gratuite pour votre ordinateur », « analyser votre ordinateur avec un antivirus gratuit ». Depuis quelques mois on constate qu’un très grand nombre d'utilisateurs rapportent un problème sur leur navigateur internet (Safari, Chrome, Firefox…), où une alerte apparaît annonçant qu’un virus a été détecté : "Virus Found". Il s’agit de faux messages pop-up affichés par un site web malicieux. Bref, "Virus Found" alerte qu’il y a une infection d’ordinateur à haut risque et qu’un scan du système doit être exécuté. Il encourage l’utilisateur de visiter le site de soutien technique et de téléphoner à un spécialiste qui corrigera le problème. Il encourage aussi à télécharger une suite antivirus, (un PPI) appelé "Mackeeper, qui est soi-disant capable de supprimer les logiciels malveillants susmentionnés. Mais ‘’Virus Found’’ est faux et il n’y a pas d’infection. Vous devez supprimer ce message d’erreur simplement en fermant le navigateur web. Ne faites surtout pas l’erreur de composer le numéro affiché, ou télécharger/ cliquer sur ledit anti-virus car le cybercriminel pourra alors accéder à distance au contenu de votre ordinateur, ce qui compromettra réellement la sûreté de votre système.

Laissez un commentaire