Small nick 01

Jérôme BENBIHI

Changeons les conditions de travail

amelioronslesconditionsdetravail

« Encourager le bien-être au travail, en implémentant des politiques actives dans ce domaine, impacte positivement l’engagement des salariés et, in fine, la performance durable des entreprises », tel est le constat du baromètre d’Ipsos Comprendre et améliorer le bien-être au travail. Cette 11ème édition de leur baromètre a été menée auprès d’un échantillon de 14 400 salariés, dans 15 pays à travers le monde : Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Pologne, Royaume-Uni, Turquie, Brésil, Chili, Chine, Etats-Unis, Inde, Japon et Mexique. Si dans les grandes entreprises le bien-être au travail est devenu un enjeu stratégique, d’autres cultivent encore des salariés stressés, démotivés, désengagés… Pourtant, il en faut peu pour rendre les autres heureux, cette phrase vous est bien connue. Et, un salarié heureux est un individu en état de fonctionnement optimal, plus productif et enclin à vouloir faire évoluer l’entreprise dans laquelle il travaille. « La volonté de se dépasser et la fierté d’appartenance sont des facteurs qui montrent l’efficacité et le bien-être des salariés », affirme Cécile Guillois, responsable RH du groupe Solocal (4500 salariés). Il y a trois ans, le groupe a mis en place un pôle Qualité de vie et Santé au travail, et lancé un plan global de transformation. Depuis, ils ont constaté que l’engagement des salariés a augmenté considérablement : 94% éprouvent le besoin de se dépasser. « Nous avons travaillé sur des petites choses qui changent le quotidien, comme l’autonomie des collaborateurs en autorisant le télétravail, réorganisé les zones des commerciaux, etc. » Horaires flexibles, sieste en entreprise, adaptabilité des outils de travail, font partie de ces petits plus qui peuvent faire la différence. Car, ce qui est bénéfique aux collaborateurs l’est à l’entreprise. Si vous vous demandez comment améliorer le bien-être de vos salariés au travail, voici quelques idées :

1. Des horaires de travail plus souples

Il est possible de voir les choses différemment pour créer un contexte favorable à une prestation de travail de qualité. Par exemple, casser le moule applicable à tout le monde uniformément et proposer des solutions possibles : télétravail, plage horaire quotidienne flexible… La possibilité de travailler à la maison pourrait contribuer à l’amélioration de leur équilibre vie professionnelle / vie privée. Si certaines personnes travaillent beaucoup mieux au calme, sans être dérangées par les collègues, dans un environnement familier et moins angoissant, d’autres n’aurons plus à perdre de temps dans les transports. Selon une étude réalisée par l’Université de Stanford, un employé qui travaille de chez lui est, en moyenne, 13 % plus productif qu’au bureau. Parallèlement, il faut réfléchir au rapport nombre d’heures travaillées/productivité. Si vous croyez qu’un salarié qui effectue plus d’heures de travail serait plus productif, détrompez-vous. Sachez que la motivation et l’efficacité au travail diminuent au fur et à mesure de la journée. Et encore, les journées trop longues peuvent se révéler contre-productives. D’après l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économique), l’Allemagne, qui figure au top 10 du classement mondial des salariés les plus productifs, est le pays où l’on travaille le moins au monde. La France aussi fait partie des pays où l’on travaille le moins au monde, mais il est au 9ème rang dans le classement européen de la productivité horaire.  

2. La pause-déjeuner, plus qu’une simple formalité

Accordez plus de temps à vos employés pour qu’ils puissent déconnecter. Mettez à leur disposition des lieux dédiés et conviviaux avec une cuisine équipée. Rappelons qu’une mauvaise alimentation, associée au stress et manque d’activité physique, serait en effet la cause de nombreuses maladies. La pause déjeuner est un élément central du bien-être au travail. C’est un moment propice à l’évasion pour une meilleure qualité de vie au travail. La pause permet de relaxer et de réduire le stress pour favoriser la concentration et l’efficacité de l’après-midi. Une étude du groupe Malakoff Medéric montre qu’en 2011, les Français consacraient en moyenne 22 minutes à leur pause déjeuner, contre 1h38 il y a vingt ans. Et pourtant, 45 minutes de pause minimum seraient nécessaires à l’organisme pour se recharger, décompresser. Au fait, bouger ou se reposer pendant sa pause déjeuner aide à s’aérer l’esprit, à être plus productif et moins stressé au travail. 

3. Les avantages de la micro-sieste (ou sieste flash)

Après la pause déjeuner, qui n’a jamais eu envie de fermer les yeux pendant un petit instant ? « La somnolence après le déjeuner est naturelle, c'est un besoin biologique contre lequel on ne devrait pas lutter », explique Éric Mullens, médecin somnologue. Savez-vous qu’une petite sieste de 20 minutes s’accompagne de nombreux bienfaits ?

- Les personnes fatiguées ont plus tendance à se jeter sur des aliments gras et sucrés. Être en forme et bien reposé peut donc aider à perdre du poids. 

- Faire une micro-sieste au quotidien améliore la concentration et la mémoire

- La personne est plus productive après la sieste

- Faire la sieste diminue le risque de crise cardiaque

- La personne est de meilleure humeur ! (Le manque de sommeil rend irritable).

- Fermer les yeux quelques minutes réduit le niveau de stress et permet la détente

Alors, mettez en place des espaces de relaxation pour vos collaborateurs, comme c’est le cas chez Orange Village et Renault.

4. Les crèches d’entreprise

Faire garder ses enfants est un véritable casse-tête. Les crèches publiques et privées affichent souvent complet. Seulement 10% des enfants de moins de trois ans arrivent à avoir une place.  Afin de répondre au besoin d’un meilleur équilibre entre la parentalité et la vie professionnelle de leurs collaborateurs, nombre d’entreprises se dotent de crèches. Aujourd’hui on compte environ 500 crèches en France. La crèche d'entreprise réduit, voire supprime l'absentéisme des jeunes parents, et leur évite de nombreuses sources de stress : retard, enfant malade…

En offrant aux salariés-parents une solution pour garder leur enfant, vous :

- agissez sur des leviers RH de performance comme la fidélisation, le recrutement de profils rares, la baisse du turn-over, de l’absentéisme et des retards

- développez une image d'entreprise socialement responsable et citoyenne : bien-être au travail, égalité hommes-femmes, conciliation réussie entre vie professionnelle et vie privée

- bénéficiez d’aides fiscales mises en place par l’Etat qui permettent à toutes entreprises réservataires de récupérer jusqu’à 83% de sa dépense crèche.

Montrer à ses salariés que leur vie personnelle ne vous est pas totalement indifférente et leur permettre de gérer plus facilement leur équilibre vie pro / vie perso est un gage de reconnaissance.

Enfin, comme le dit Alexandre Jost de la Fabrique Spinoza, « le bien-être au travail ne peut se traduire par une performance que si l’entreprise s’engage avec sincérité et de manière systémique. Le bien-être doit faire partie de son ADN dans toutes ses composantes : gouvernance, ressources humaines, plan de formation, rémunération, etc. ».

Laissez un commentaire